OIDP AFRIQUE

Un espace au service des collectivités territoriales, des organisations de la société civile, des universités et centres de recherche qui souhaitent approfondir les connaissances et pratiques en matière de démocratie participative, gouvernance et développement local.

En savoir plus

Notre Mission

Observer les processus démocratiques, accompagner et renforcer les approches de démocratie participative ;

Capitaliser les expériences de démocratie participative en Afrique et les partager avec le reste du Monde

Promouvoir une vaste communauté de connaissances, d’échanges d’expériences et de mutualisation des bonnes pratiques de démocratie participative.

SESSION INTERNATIONALE DE FORMATION DES CONSEILLERS (ERES) et FACILITATEURS (TRICES) AU BUDGET PARTICIPATIF 15 au 26 Juin 2020 à (Lieu à déterminer)

DATE LIMITE : 16 Mai 2020

Le budget participatif apparaît de plus en plus comme une innovation des pratiques d’administration des collectivités territoriales apte à promouvoir les principes de bonne gouvernance locale. Elle peut rendre les dépenses des collectivités territoriales plus transparentes et stimuler la participation des citoyens à la prise de décisions relatives aux ressources publiques et leur mobilisation. Elle peut aussi améliorer les recettes fiscales des collectivités territoriales et réorienter les investissements vers les infrastructures de base en faveur des quartiers défavorisés. Elle contribue enfin au renforcement des réseaux sociaux et aide à aplanir les divergences entre élus et les différentes composantes de la société civile.

Parce qu’il élargit la base de la participation des citoyens à l’affectation des ressources publiques, le budget participatif concourt à l’avènement de collectivités territoriales socialement mieux intégrées, en permettant aux catégories sociales traditionnellement marginalisées de rompre le cycle de l’exclusion.

En Afrique, le budget participatif attire depuis le début des années 2000, de plus en plus l’attention des gouvernements nationaux et locaux, de la société civile et des organismes de développement international.

Pour les collectivités territoriales africaines le processus du budget participatif constitue un puissant levier contribuant à la mise en œuvre de nouveaux agendas mondiaux, notamment les objectifs du développement durable en particulier l’ODD 11 «Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables» et l’ODD 16 «Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes», le nouvel agenda urbain et l’agenda du climat.

Il permet également aux citoyens de mieux se faire entendre dans l’élaboration des budgets et la gestion des ressources et services publics. Le budget participatif est reconnu non seulement comme un moyen pour une meilleure efficacité budgétaire, mais également une solution pour orienter les ressources publiques vers les plus pauvres et assurer ainsi une meilleure justice fiscale, une inclusion sociale, économique et l’approfondissement des processus de décentralisation et la responsabilisation des gouvernants vis-à-vis des citoyens.

Le collège du BP s’inscrit dans le cadre de l’offre de formation continue de ALGA et donne l’opportunité aux participants d’acquérir des compétences en matière de BP, de démultiplier leur expertise, de partager leurs expériences. Elle est organisée par l’Académie Africaine des Collectivités Territoriales (ALGA) dans le cadre d’un partenariat entre Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU-Afrique), Enda ECOPOP et l’Observatoire International de la Démocratie Participative en Afrique (OIDP Afrique), avec le soutien du Programme des Nations Unies pour les Établissements Humains (Onu Habitat)

La formation vise à renforcer les savoirs (connaissances), les savoir-faire (compétences, aptitudes) et les savoir-être (attitudes, comportements) des facilitateurs et facilitatrices pour les rendre plus efficaces dans la préparation, la mise en œuvre et le suivi du BP dans les villes et territoires. Il s’agira de créer un pool de compétences africaines francophones apte à accompagner les collectivités territoriales dans l’élaboration de leurs budgets selon une approche de gouvernance centré sur les besoins des citoyens et une éthique de gestion transparente. Sur ce, une vingtaine de conseillers et facilitateurs africains francophones seront formés, aux concepts, principes, et méthodes du Budget Participatif et bénéficieront d’un accompagnement pour élaborer un plan d’action de réinvestissement des connaissances acquises, dans leur pays respectif.

Le contenu de la formation des conseillers et facilitateurs du BP se décline en six (6) modules et une vingtaine (20) de séquences :

Module 1 : Décentralisation et gouvernance locale

Décentralisation et contexte des CT ;
Finances publiques et fiscalité des CT ;

Module 2 : Introduction au Budget Participatif

Définition du BP ;
Historique, évolution et panorama du BP ;
Dimensions et conditions du BP ;
Principes du BP ;
Approches, méthodes et étapes d’élaboration et de mise en œuvre du BP ;
Étude de cas et expériences ;
Acquis et défis des approches de BP ;

Module 3 : Introduction à la facilitation des approches du BP

Méthodes de discussion ciblées ;
Médiation institutionnelle et sociale ;
Méthode de consensus et de vote des ateliers communautaires ;
Méthode de planification participative ;
Valeurs, attitudes, comportements et éthique du facilitateur du BP ;
Plaidoyer et stratégie d’influence ;
Elaboration des supports du facilitateur.

Module 4 : Travaux pratiques

Organisation des groupes de travail ;
Restitution des travaux de groupe ;
Mise en situation et ateliers pilotes ;

Module 5 : Certification, évaluation et suivi-post formation

Elaboration de plans d’actions ;
Réseautage et perspectives de développement ;

Le Cursus de Formation alterne les phases d’apports théoriques avec des exercices pratiques, les travaux de groupes et la mise en situation.

 

Contenus théoriques : les exposés portant sur différents aspects du thème seront faits par des experts africains ou internationaux reconnus dans leurs domaines de compétence et portant notamment sur la compréhension du BP dans ses principes et conditions de mise en œuvre, les étapes, méthodes, outils du BP, les techniques d’animation des ateliers participatifs et de facilitation du processus.

 

Travaux pratiques, mise en situation / ateliers pilotes : Ces contenus théoriques sont suivis de débats et complétés par des travaux pratiques afin de permettre aux participants d’avoir une meilleure maitrise des méthodes et outils de mise en œuvre du BP. Ainsi les participants organisés en groupes seront amenés à concevoir les fiches techniques d’animation ou de suivi du processus de budgétisation participative et à les dérouler au cours des ateliers pilotes.

 

Elaboration des plans d’actions : les différents exposés et présentations en plénières aussi bien que des travaux de groupe permettront aux participants d’arrêter un ensemble concret de mesures pour une meilleure promotion et une mise en œuvre efficace du BP, offrant de ce fait l’occasion à chaque participant ainsi outillé d’envisager les solutions adaptées à son propre contexte.

Cette session internationale de formation sera consacrée au public francophone et cible une vingtaine de participants qui seront sélectionnés parmi :

les Élus locaux et Responsables des services techniques des Collectivités Territoriales,
les agents des départementsministériels en charge de la Gouvernance et du développement local,
les Responsables des institutions intervenant dans l’appui-conseil aux collectivités territoriales,
les Responsables de formation des projets et programmes de développement,
les leaders des ONG, OCB et autres acteurs de la société civile,
Les pratiquants de la décentralisation, de la gouvernance locale et du développement local.

Les candidats désirant participer au Collège du Budget Participatif (BP) doivent :

Etre titulaire d’un diplôme au moins égal au bac et justifier d’au moins 3 ans d’expériences professionnelles ;
Présenter une lettre de recommandation de sa structure d’origine ;
Rédiger une lettre de motivation adressée à Monsieur le Coordinateur de Enda ECOPOP ;
Fournir un CV détaillé accompagné de la fiche d’inscription dûment remplie ;
Fournir une attestation de financement de la formation.

Le dossier de candidature adressé : ecopop@endatiersmonde.org; ou enregistré en ligne sur le site www.oidp-afrique.org avant 16 mai 2020.

Attention : le nombre de place étant limité, nous vous encourageons d’envoyer rapidement votre candidature. Premier inscrit premier servi.

Coût

1500HT
  • Frais d’inscription, supports pédagogiques, déjeuner et pause café
    Les participant(e)s prendront en charge également leur frais de transport aérien international et déplacements locaux.

Coût

5000HT
  • Frais d’inscription, supports pédagogiques, hébergement en pension complète pour 14 jours, transfert Aéroport – Hôtel aller-retour

    Les participant(e)s prendront en charge également leur frais de transport aérien international.

    .

Formulaire d’adhésion

Les gouvernements locaux, régionaux et nationaux peuvent adhérer à l’OIDP en tant que membres associés. Les universités, les centres de recherche, les organisations de la société civile peuvent joindre en tant que membres collaborateurs. L’adhésion individuelle n’est pas acceptée.

Adhérer

Actualité

Vidéos récentes

En Cours De Lecture
En Cours De Lecture
En Cours De Lecture

Formulaire d’adhésion

Les gouvernements locaux, régionaux et nationaux peuvent adhérer à l’OIDP en tant que membres associés. Les universités, les centres de recherche, les organisations de la société civile peuvent joindre en tant que membres collaborateurs. L’adhésion individuelle n’est pas acceptée.

Adhérer