Point focal pour l’Afrique de l’Observatoire International |secretariat@oidp-afrique.org

Six (6) communes de Cote d’Ivoire appliquent le budget participatif

“ La mise en œuvre du projet d’appui au contrôle citoyen de l’action publique (CCAP) et la redevabilité à travers la pratique du budget participatif financé conjointement par l’Union européenne et les communes bénéficiaires a pour objectif d’allouer les ressources budgétaires des communes ciblées vers les besoins prioritaires exprimés par les populations à travers la tenue de fora communautaires…”. C’est par ces termes que Edmond Koua M’Bia, spécialiste dans les questions de gouvernance et redevabilité sociale, notamment dans la mise en œuvre du Processus budgétaire participatif (PBP), a expliqué la mise en œuvre du Projet d’appui au contrôle citoyen de l’action publique (CCAP), lors d’une conférence de presse, ce week-end, à Ouellé.

Il s’est agi au cours de cette rencontre animée conjointement par le coordonnateur du projet et le maire Antoine Kouamé N’Zi de la commune de Ouellé, d’expliquer la pratique du budget participatif appliqué, depuis 2017, dans les régions de l’Iffou et du Moronou. Il est devenu un outil de prise de décision et de gestion pour accroître la participation citoyenne dans la gestion des communes de Ouellé, M’Bahiakro, Bongouanou, Prikro, Daoukro et M’Batto.

Ainsi donc, pour le conférencier, ce projet vise vise à renforcer les compétences des acteurs locaux dans la mise en œuvre du PBP, à susciter une concertation apaisée entre les détenteurs de droit et les débiteurs d’obligation dans la planification du développement local et à orienter les ressources budgétaires des communes ciblées vers les besoins essentiels et prioritaires des populations.

Dans la pratique, le projet a exigé la formation de 200 acteurs locaux sur le mécanisme de contrôle citoyen de l’action publique dont celle de 30 facilitateurs communautaires sur les techniques de priorisation des projets communautaires , la création de Cent (100) Comités de participation citoyenne (CPC),  la mobilisation, l’information et la sensibilisation des populations sur l’importance de la participation citoyenne, etc. Par ailleurs, “pour réussir le projet, nous sommes passés par deux (02) phases : L’adoption du Budget Participatif comme outil de gestion et de planification du développement par la signature d’une délibération par les Conseils Municipaux et la phase de mise en œuvre pratique du processus à travers les fora communautaires, les forums de délégués et les forums communaux”, a expliqué le conférencier.

Les 6 communes qui ont affiché leur volonté de tester le projet ont adopté leur budget participatif dans l’élaboration de leur programme de développement. ” Dans le cadre de la mise en œuvre du projet, cela s’est matérialisé par la signature d’un arrêté municipal (délibération du conseil municipal) adoptant le Budget participatif dans chacune des communes ciblées”, ont expliqué le coordonnateur et le maire.

pressecotedivoire.ci

Comments

comments

2018-07-04T10:05:03+02:00
Traduire »