Point focal pour l’Afrique de l’Observatoire International |secretariat@oidp-afrique.org

Guinée : une semaine de recouvrement lancée à Boffa

La résolution d’un problème peut engendrer un autre, entend-on dire souvent. C’est en quelque sorte ce qui s’est passé pour la commune urbaine de Boffa avec la réalisation, il y a 11 ans, du pont sur la Fatala. Certes, on n’a plus les risques de noyade et d’accidents via la traversée avec le fameux bac. Sauf que la réalisation de ce pont a débouché sur une baisse considérable des activités commerciales qui s’étaient créées autour du bac. Conséquence, la ville est désormais confrontée à de multiples problèmes d’ordre économique et social. D’où la nécessité d’exploiter toutes les opportunités de mobilisation des ressources susceptibles d’aider à faire face à ces nombreux problèmes. Et une des stratégies que les autorités locales ainsi que leurs partenaires dont l’association Charente-Maritime coopération (CMC) ont trouvées est de convaincre les citoyens à s’acquitter des taxes et impôts dont la Contribution foncière unique (CFU). Et c’est ainsi qu’a eu lieu ce mardi 25 avril, le lancement officiel de la semaine spéciale de recouvrement de cette taxe foncière. Présidée par Madame le préfet de Boffa, la cérémonie a aussi enregistré la présence des sous-préfets, chefs de quartiers et de secteurs de Boffa, ainsi que les représentants des ministres de l’administration du territoire et du budget

Impôt synthétique, la contribution foncière unique (CFU) remplace la taxe  d’habitation, l’impôt sur les propriétés bâties,  l’impôt sur les propriétés foncières, l’impôt sur les propriétés non bâties. Et dans le cas de Boffa, le recouvrement de cet impôt permettra d’achever et de mettre en service beaucoup d’infrastructures d’intérêt public. A titre d’exemple, cela pourrait aider à la  finition et à l’équipement du poste de santé de Khatia dont le coût est estimé à 150 millions de GNF. Les travaux de reboisement des artères du centre-ville de la commune urbaine de Boffa d’un montant de  5 millions de GNF, pourraient aussi être effectifs. On pourrait aussi construire des pistes rurales, réhabiliter le hangar du marché central et le logement du secrétaire général, etc. Bref, rien qu’avec le recouvrement de la CFU, Boffa devrait relever bien de défis dans le sens de son développement socioéconomique.

Conscientes de cet enjeu crucial, les autorités et leurs partenaires initient donc la semaine de recouvrement, avec des équipes qui seront déployées à travers toute la ville pour percevoir l’impôt. Une démarche à laquelle le président de la délégation spéciale de la commune urbaine de Boffa, Amadou Soumah, invite les chefs de quartiers, les présidents de districts et les chefs secteurs s’associer, selon lui, dans une dynamique de synergie d’action avec les contribuables en vue de rendre plus visible le travail. Ainsi, a-t-il notamment lancé comme appel :

Je voudrais en appeler à l’engagement citoyen de chacun et de tous pour mobiliser plus de ressources pour la réalisation effective des actions prioritaires suivant le PDL et le budget de la commune

Partenaire du projet dont cette semaine de recouvrement est une des étapes, Emmanuel Bornens, le coordinateur de la Charente-Maritime coopération, après un bref rappel des étapes précédentes, a tenu à préciser que les autorités locales sont au cœur de la dynamique ainsi enclenchée

Ce projet a démarré il y a déjà un an de cela. Ce projet a vécu différentes étapes. On a commencé il y a une année par un forum. Ensuite, il y a eu  le recensement, le budget participatif et le vote du budget. Maintenant, on passe au recouvrement qui est vraiment l’étape-clé. Ensuite, on aura  une étape de capitalisation. Toutes ces étapes n’ont pas été faites par la Charente-Maritime Coopération ou par  ACL consulting (l’autre partenaire). Elles ont été faites par la commune urbaine de Boffa, les services déconcentrés de la préfecture et  les chefs de quartiers et  présidents de districts.

Abondant dans le même sens, Madame le préfet de Boffa, Aïcha Sakho, a aussi noté la dimension participative du projet. Une dimension qui, à l’en croire, fait que les populations de Boffa, ultimes bénéficiaires de l’ensemble de la dynamique, y ont activement participé. Un intérêt qu’elle invite ces mêmes populations, à continuer à avoir pour le projet

C’est pourquoi citoyennes et citoyens de Boffa, je voudrais vous inviter à continuer à faire de ce projet, le vôtre, afin que les résultats concluants  qui en sortiront servent de modèle pour le reste des communes de notre pays. Nous vous demandons de faire preuve de disponibilité, de civisme, surtout de citoyenneté en vue de nous faciliter la tâche.

KODAK Digital Still Camera

Il est à préciser qu’à titre d’exemple, diverses autorités se sont acquittées de la CFU à l’occasion de la cérémonie de lancement officiel de la semaine.

Balla Yombouno

Comments

comments

2017-05-16T13:22:31+02:00
Traduire »